Boule de Suif : le saviez-vous ?

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), default quality

Paul-Émile BOUTIGNY, Boule de Suif (1884), huile sur toile 200 x 145 cm. Conservé au Musée des Beaux-Arts de Carcassonne.

  1. Des personnages à clés !

Pour écrire sa nouvelle, Maupassant se serait inspiré de personnes réelles de son époque.

Ainsi, l’héroïne elle-même, Boule de Suif, serait inspirée d’une certaine Adrienne Annonciade Legay, prostituée rouennaise. Née en 1841, celle-ci fut la maîtresse d’un officier puis d’un négociant mobilisé au Havre pendant la guerre. Elle aurait placé un drapeau noir devant sa porte à l’entrée des Prussiens dans Rouen. Elle tomba dans la misère et mourut en 1892.

Cornudet quant à lui, ressemble fort à Charles Cordhomme, second mari de la tante de Maupassant, propriétaire d’un négoce en vins et grand démocrate.

Carré-Lamadon, enfin, ferait penser à un célèbre notable de Rouen, Pouyer-Quertier, propriétaire d’une fabrique de cotonnades.

L’art de l’écrivain réaliste consiste ainsi à observer le réel pour créer.

2.   L’auberge du Cygne à Tôtes existe ! 

Construite en 1611, cette auberge se situe au croisement des routes rejoignant Dieppe à Rouen et Le Havre à Amiens. Elle vit défiler sous son toit des personnes illustres : Messire de Castelmore (plus connu sous le nom de d’Artagnan) y séjourna, mais aussi la marquise de Pompadour (qui en fit un relais de chasse et une poste royale), Napoléon Ier ou les princes d’Orléans.

Flaubert y composa la majeure partie de son célèbre roman Madame Bovary, et son disciple Maupassant y écrivit Boule de Suif. Plus tard, passèrent également dans cette auberge la princesse Victoria, le roi Albert, Eisenhower, Rommel…

imgp7022

Le web fait-il les révolutions ?

Pour compléter le premier corpus sur lequel nous avons travaillé en cours, vous accèderez au clip de la chanson « revolution.com » en cliquant sur la pochette de l’album :

c9b8d2216276cdc53b1c4629a729c613

Vous pouvez également découvrir ci-dessous deux autres dessins de presse qui montrent le lien entre les nouveaux modes de communication et la révolution démocratique :

dessin presse 1

dessin presse 2 Cécile Bertrand TV5 monde

Boule de Suif, Maupassant

Dans le cadre de notre première séquence (« Destins de femmes dans le roman réaliste et naturaliste »), je vous invite à lire la célèbre nouvelle de Maupassant, Boule de Suif.

boule-de-suif-276236

Cliquez ici pour accéder au texte intégral de la nouvelle en ligne.

Si vous préférez écouter la lecture de la nouvelle, cliquez ici. 

Une aide ci-dessous pour comprendre le contexte historique :

La guerre de 1870

Inquiet de l’influence grandissante de la Prusse (ancien État de l’Allemagne du Nord), et notamment de la candidature d’un Hohenzollern (famille princière allemande) au trône d’Espagne, Napoléon III tombe dans le piège que lui a tendu le chancelier prussien Bismarck : la France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870.

Mal préparée et mal dirigée, l’armée française est battue en Alsace, en Lorraine puis à Sedan où Napoléon III est fait prisonnier. Le 1er septembre 1870, l’armée est obligée de capituler.

Le peuple renverse alors l’Empire. Trois jours plus tard, la République est proclamée à Paris. Un gouvernement provisoire (gouvernement de Défense nationale) veut continuer la guerre. Paris est assiégée pendant quatre mois. On y meurt de faim au point que l’on mange l’éléphant et le boa du Jardin des Plantes. Gambetta, après s’être échappé de la capitale en ballon, organise la résistance en province où il lève, à la hâte, des troupes. Quelques succès ici ou là ne parviennent toutefois pas à écarter l’ennemi. Les Prussiens occupent les régions de l’Est et du Nord de la France ainsi que la Normandie où, seule, au nord de la Seine, la poche du Havre est encore aux mains des Français.

Le 28 janvier 1871, Paris capitule et l’armistice est signé. La paix est rétablie par le traité de Francfort. La France doit se soumettre à des conditions très humiliantes.

Capture d’écran 2015-09-06 à 21.06.14

Tu es un vrai latiniste si…

Inscription_latine_avec_apex_extrait

Tu es un vrai latiniste si…

  • Depuis sa fameuse expo au Grand Palais “Moi, Auguste empereur de Rome”, tu fais partie des 1234 followers d’Auguste sur twitter.
  • Ta pub préférée est shake the world d’Orangina parce que c’est vraiment trop fun de parodier les naumachies du Colisée en journées piscines, sur fond de “Super Freak”.
  • Ok, tu veux bien admettre que Game of thrones, c’est pas mal… Mais HBO n’a jamais fait mieux que les aventures de Titus Pullo et Lucius Vorenus dans l’inégalable série Rome.
  • Tu as déjà au moins une fois ri (ou essayé de faire rire) en cours de latin avec l’inusable : “Cicéron, c’est pas carré” (fonctionne également avec “Sénèque qu’un au revoir”).
  • En vacances, il t’est arrivé d’éprouver un frisson, malgré la canicule, devant la grandeur du Pont du Gard, du théâtre d’Orange ou du Colisée de Rome.
  • Chaque matin, tu te douches au Sanex, te brosses les dents au vademecum, te laves les cheveux au fructis, te mets de la crème nivea avant d’avaler un actimel, de chausser tes asics et de monter dans ta volvo.
  • Tu as compris tous les slogans des profs de latin protestant dans la rue contre la suppression du latin dans le projet de réforme du collège en 2016.
  • Tu es agacé chaque fois qu’on te parle de l’empereur César, parce que chacun sait bien que le premier empereur de Rome, c’est Auguste et que César ne fut que dictateur à vie.
  • Tu t’es déjà retrouvé dans une soirée déguisée, avec un drap blanc autour du corps pour faire une toge… en espérant que ta fibule ne te lâcherait pas au beau milieu de la piste de danse.
  • Ton personnage préféré dans Astérix, c’est le vieux pirate Triple-Patte, pour son stoïcisme ponctué de citations latines.
  • Pour toi, “Felix” n’est pas qu’une marque de nourriture pour chats trop mignons, c’est aussi et surtout le prénom du vénérable Monsieur Gaffiot, celui qui a écrit la Bible des amateurs de version latine.
  • Tes jeux préférés, c’est “Age of Empires : the Rise of Rome”, “Rome Total War” et “Warrior of Rome” (parfois même tu utilises les playmobils romains de ton petit frère pour reconstituer la bataille d’Alésia)
  • Ton film culte, c’est Gladiator (même si tu ne peux t’empêcher de déplorer par devers toi à quel point les reconstitutions de combats y sont bourrées d’erreurs historiques).
  • Depuis tes dix ans, tu es capable de citer les 12 dieux de l’Olympe sans te tromper entre leurs noms grecs et latins, et à 12 ans tu avais lu tous les Percy Jackson.
  • Un fan de Dragon Ball Z t’a déjà regardé bizarrement lorsque tu lui as annoncé avec enthousiasme la sortie de Thermae Romae, un “super” manga japonais dont le héros est un architecte qui construit des thermes à l’époque d’Hadrien.
  • Tu as compris ne serait-ce que la moitié de tout ce qui précède 😉